Mon premier contrat en freelance

Waow, ça en jette hein? Mon tout premier vrai contrat en freelance a débuté il y a quelques semaines de là, avec comme demande : La création d’un logo, d’un leaflet format jaquette CD, et shooting extérieur et en répet’ d’un groupe de neo-métal progressif alternatif, Gliding Soul. En fait, le contrat n’est pas si important. Ce que j’aimerai partager, ce serait surtout l’expérience que j’ai eu dans cette fameuse salle de studio, où ils ont répété. Ce n’est peut-être pas grand chose, mais pour moi qui pratique la basse et qui aimerait un jour faire des concerts, j’étais impatient d’y être.

C’était à Paris 13e, non pas dans le quartier chinois mais du côté des affaires, près de la Bibliothèque François Mitterrand, sur la sortie de la rue Chevaleret de la ligne du métro 14, dimanche dernier.

Je rejoins le groupe au bâtiment, qui regroupe donc de nombreuses salles de repet’ (8-9€ pour 2h, c’est convenable). Premières impressions, il n’y a quasiment que des "rockers" et surtout des métalleux. Pas spécialement choquant, mais ça affiche déjà ce qui se passe ici. On attend dans un couloir avec de nombreuses portes (ouvrant à des salles), y’a beaucoup de bruits. On se croirait dans un bar pour métalleux. C’est assommant, j’attendais de voir la salle avec autant de "tension" que lorsque j’attends dans le couloir pour me faire appeler lors des oraux en examen (blanc ou pas).

Les personnes qui occupaient la salle venaient tout juste de finir. La batteuse du groupe est en retard. Ce n’est pas si grave, on entre tout de même. Je m’attendais à une grande salle je dois l’avouer, tel un opéra pour une pièce de théâtre. Je sais, je vois en grand, mais c’était l’idée que je me faisais à peu près d’une salle de repet’. J’ai juste oublié que ce genre de grande salle était réservée aux groupes de musiques reconnues (Mickael Jackson et j’en passe).

Je suis le dernier à passer la porte. J’ouvre les yeux en grand et j’observe : une petite salle de 15-20m² max, qui contient tout ce qui faut. Première remarque : ça sent comme dans la salle de boxe où j’allais m’entraîner autrefois. Comme trois bons hommes qui auraient sauté la corde pendant 1h dans un placard. Infaisable certes, mais on peut imaginer la puissance de l’odeur du mâle transpirant.
Plutôt déçu au départ, mais au final, ça rapproche les membres du groupe, c’est plus pratique à prendre en photo et c’est convivial.

Le groupe commence à répéter et l’appareil photo se déchaîne. C’est bruyant, bien plus que tout à l’heure. A un point que je pensais que j’allais devenir sourd. Ouf, j’ai mes écouteurs intra-auriculaires, ils me sauvent la vie. Ca va beaucoup mieux, je souffle un coup ; Il fait chaud. Pourtant je me suis habillé léger. Mais toute l’énergie du groupe, les lumières et mes positions physiques pour prendre les photos dans un angle bien complexe m’oblige à transpirer à mon tour. C’est donc ça l’odeur?

Au bout d’une heure et quart, le guitariste s’en va pour fumer un coup, frustré, parce que le groupe jouait mal. Le chanteur avait des soucis avec ses cordes vocales, c’était la première fois que ça arrivait. Tant pis, ça ne m’empêchait pas de prendre des photos. Le chanteur avait l’air dépité, la tête entre les jambes. C’est bien : Ça donne un effet "dark", il fallait en profiter. Mon amie me fait signe de loin que ce n’est pas le moment. Peu importe le moment, je suis là pour faire mon job, pas pour faire l’assitante sociale. J’en ai juste pris une, au cas où.
Le guitariste revient peu après et les choses finalement s’améliorent. J’ai pu faire mon boulot, eux aussi. Ils étaient content du travail que j’avais fourni même si je ne suis pas photographe dans l’âme.

Les deux heures sont passées, on finit dans un bar à côté, oblige. On discute pendant une heure et demi, il était temps de partir.

Voilà ce que j’ai vécu durant cette après-midi, que j’ai trouvé très "bouleversante", ça m’a donné envie d’avoir mon groupe, ou des amis avec qui jouer régulièrement, dans une salle de repet’, comme ça. Le soir j’ai joué 2h du Jamiroquai, j’avais les doigts enflés et durs, mais au moins j’étais satisfait.

2 thoughts on “Mon premier contrat en freelance

  1. Oh… à ce point là…? Pourtant quelle répète de merde !! On t’a pas donné le meilleur exemple… La fois d’après a dû être "rassurante" (?)

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s