La Funk… d’hier et d’aujourd’hui : son histoire

Voici un article très intéressant que j’ai trouvé sur pianoweb.free.fr, où l’on peut voir un court résumé de l’histoire du funk. Pour ceux qui sont adeptes de ce genre musical (tel que moi), je vous conseille fortement ce morceau d’écriture pour plus de culture, d’envie, et de funk.

LE FUNK, HERITIER DE LA MUSIQUE SOUL

Des rythmes irrésistibles de James Brown à l’exubérance de Georges Clinton et autre Bootsy Collins, en passant par Prince, Michael Jackson ou Cameo, le funk est une sorte de grande famille musicale. Il est apparu dans les années 1960 et s’est répandue dans les années 1970. Ses racines puisent dans la soul et le rhythm’n’blues. Un style très dansant, parfois proche du disco, un dialogue basse et batterie souvent appuyé par une section de cuivres très dynamique ponctuant en contrepoint la mélodie principale. On a prêté au mot funk, employé d’abord par les jazzmen des années 1950, nombre de significations comme "se trémousser" ou "gigoter". Qu’importe, le funk est l’aboutissement logique de la soul music, mais plus dansant et résolument éloigné du gospel.

Wilson Pickett, avec le titre "Funky Broadway", est considéré par certains comme le premier chanteur funk. Mais c’est avec James Brown que ce mot prend toute sa valeur : un show incroyablement physique, un rythme rapide et des hurlements inimitables de "Mister Dynamite". Son immortel "Sex Machine" est sans doute l’un des premiers véritables tubes du genre. Le funk de l’époque est encore proche de la soul music et de ses racines rhythm’n’blues.

George Clinton avec Parliament et Funkadelic et leur "P.Funk" ou Sly And The Family Stone donneront à cette musique son aspect excentrique, alors que des musiciens provenant du jazz, comme Herbie Hancock, Georges Duke ou The Breckers Brothers apporteront la sophistication.

LE FUNK MODERNE

Avec Stevie Wonder, Earth, Wind and Fire et son cousin Kool and the Gang ou les Jackson Five et leur album mémorable "Destiny", cette musique évolue avec l’introduction des synthétiseurs et des batteries électroniques. Le son devient plus léché, les sections de cuivres rappellent de moins en moins le rhythm’n’blues. A la fin des années 1970, le funk est confondu parfois avec le disco, auquel il donne, notamment avec le groupe Chic, la dimension que cette musique de boîte de nuit n’avait pas jusque-là. Le funk apparaît alors comme un mariage réussi de la soul, du rock et de la pop music.

Dans les années 1980, Prince n’hésite pas à introduire des solos de guitare "hendrixiens" et Michael Jackson à faire appel au guitariste de hard-rock Van Halen pour "Beat It". Le funk influence en retour nombre d’artistes jazz ou rock et pop comme David Bowie, Duran Duran ou les australiens INXS. C’est alors le genre incontournable, touchant tous les publics grâce à ses nombreuses variantes.

Cameo, Maze, Power Of Power, Chaka Khan ou, plus tard, Bobby Brown, la liste des groupes ou des artistes auxquels on peut coller l’étiquette "funk" est longue. Bien des styles musicaux apparus dans les années 1980/1990, comme le rap (du moins à ses débuts avec Sugarhill Gang ou Grand Master Flash), le new jack swing ou la house music, ont directement puisé dans son registre.

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s