Ovall "Heart Fever"

Après leur 1er album époustouflant "Don’t Care Who Knows That" sorti en 2010, le groupe de Soul/Jazz/Hip-Hop Ovall sort son 1er mini-album "Heart Fever". Une nouvelle évasion comportant six morceaux dont deux reprises de deux autres morceaux issus du mini-album. Ont-ils réussi à nous faire évader à nouveau ? Je vous rassure l’article n’est pas long, et la réponse est dans la suite de l’article. ;)

Ovall sort son premier mini-album "Heart Fever"

1. Water Dream
2. Feverish Imagination
3. Beautiful Love
4. Moon Beams
5. Moon Breams (reprise)
6. Feverish Imagination (reconstruction)

Honneur à la guitare

Dans ce mini-album on peut retrouver en fait quatre "vrais" morceaux, et deux retouches si on peut dire ça comme ça (de Moon Beams et de Feverish Imagination). Le premier morceau, Water Dream, nous glisse doucement dans un monde plongé envoûtement et bruits de voiture, le tout cadencé par des percussions de snap fingers et des clap hands avant de nous faire basculer dans leur single "Feverish Imagination".
Emblème du mini-album, il contient tous les ingrédients jazz hip-hop pour un morceau posé comme on aime (mon véritable coup de cœur de l’EP !). Le groupe trouve sa petite nouveauté en mettant en avant la guitare de Shingo Sekiguchi, et on le sent bien plus présent que sur leur premier album (on a même le droit à un solo sympathique de sa part sur Beautiful Love).

Moon Beams mène la danse par ce piano mélodique accompagné du fameux beat hip-hop/jazz et ajoute sa nouveauté au nouveau bébé d’Ovall. Un morceau quasiment dédié au clavier qui refait tomber la cadence des deux morceaux précédents. Pour un beau coucher de soleil, on ne peut pas rêver mieux. ;)

Qu’en est-il des deux reprises ? Du bonus, clairement, qui ne sont là que pour étoffer l’EP. Mais ils ne sont pas à négliger attention, cela reste tout de même de très bons morceaux même si j’ai légèrement moins apprécié la reconstruction de Feverish Imagination, le dernier titre.

Conclusion

Ovall s’en sort très bien avec "Heart Fever" et nous emmène dans un voyage aussi magique que leur 1er album (Don’t Care Who Knows That). On en redemande, et on en veut toujours et encore. Ils excellent dans leur façon de nous faire planer, même si ce fut très court et tout le mal qu’on peut leur souhaiter c’est de continuer sur cette voie, à nous surprendre de la plus belle des manières.

Ma note
*****

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s