Celui qui avait vu… Only God Forgives

Nicolas Winding Refn refait surface avec Only God Forgives, très attendu suite au succès de Drive et de l’engouement qu’il y a eu autour. Mes impressions et ma note dans la suite de l’article !

only-god-forgives
Le nouveau film attendu avec Ryan Gosling après Drive.

Le contexte

Julian (interprété par Ryan Gosling) et son frère Billy (Tom Burke) bossent dans une salle de boxe thaïlandaise et entraînent des jeunes pour les faire combattre. Un soir Billy viole et tue une petite thaï de 16 ans et se fait à son tour tuer par un policier à la retraite redoutable (joué par Vithaya Pansringarm). La mère des deux enfants, patronne d’un réseau de stupéfiants incroyable, veut se venger et emploie les gros moyens. Julian est au beau milieu de tout ça et navigue dans l’indifférence.

C’est top moumoutte

Les scènes sont vraiment bien travaillées et sur chaque plan se dégage une image, une atmosphère, une ambiance. Un instant figé qui nous immerge dans chaque mouvement de cil de Julian, plongé dans ce paysage exotique. Les moments du karaoke m’ont vraiment rappelé le bled (et oui en laotien on ne se rattrape pas !) et j’ai trouvé ça assez touchant de laisser le temps à ça. Et mon moment préféré est forcément lors du combat où l’on peut voir Ryan Gosling se prendre une dérouillée par le policier à la retraite et ÇA c’est bon ! :)

Par contre…

Commençons d’abord par la première chose : tout est prévisible et kitch au possible, avec ces clichés entre les américains dans la drogue, se tapant les prostitués thaïlandaises et le Thaïlandais maître en boxe thaï, impassible et tuant dans un froid glacial (avec un katana il me semble, si c’est le cas c’est Japonais merci de nous mélanger on se ressemble tous c’est vrai hein !), avec ses rituels asiatiques et son karaoké. Et ne parlons pas de Crystal (la mère)…

Il y a des scènes dont on ne comprend pas leur place dans le film comme le moment où Ryan tabasse un thaïlandais et l’amène sur le parking en le tenant par la mâchoire. De la violence un peu trop gratuite sans grand intérêt. Ou bien lorsqu’il se met à péter un câble en demandant à Mai d’enlever sa robe.

De plus, la bande-son n’est pas très pertinente avec ces bruits ambiants, cette musique traditionnelle pour tomber brutalement sur un son électronique sauce Kavinsky afin de retenter le succès commercial de sa BO dans Drive.

Conclusion

Only God Forgives est un film rempli de fresques et de toiles magnifiques, sublimées par ces jeux de lumière si bien maitrisés par Winding Refn. Cependant le film est habité par de nombreux points noirs comme ce trop-plein de clichés, ce scénario prévisible et cette BO pas forcément pertinente. L’esthétique du film le sauve tout juste et l’empêche d’une note sous la moyenne…

Ma note
05/10

One thought on “Celui qui avait vu… Only God Forgives

  1. Pas vu. J’avais adoré Drive (et les autres films de Winding Refn, bien que moins accessibles que Drive) mais là tout le monde est d’accord pour dire que c’est un film paresseux qui essaye de surfer sur le succès du précédent. Même recette, mais pas même tripes.
    Mon critique de ciné préféré (sur la radio belge) disait que c’était un film avec une histoire prévue pour 25mn qu’on avait étiré sur 1h30. Bref. Je passe mon tour cette fois-ci.

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s