Celui qui avait vu… La Reine des Neiges

Ça y est les ami(e)s, j’ai enfin vu le Disney tant attendu de fin d’année qui est censé rabibocher les jeunes comme les plus vieux d’entre nous qui avons connu Le Roi Lion, Aladdin et les autres ! Je dois avouer que j’ai été très sceptique à propos de ce film… Sans doute parce que j’avais peur de tomber sur un script kitch à l’eau de rose bien souillé ou bien parce que j’ai travaillé dessus (en partenariat avec Crédit Agricole) et que j’en ai tellement mangé que je ne pouvais plus supporter de voir les tronches d’Olaf, d’Elsa, d’Anna et j’en passe (je vous assure ça en devenait limite maladif)… Quoiqu’il en soit, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancé. Alors est-il à la hauteur de ce que l’on nous a dit ou est-il encore un autre film d’animation 3D quelconque ? Réponse dans la suite de l’article.

frozen

Un Disney plus mature ?

Disney revient sur ce qu’il faisait de mieux, c’est-à-dire les belles chansons, les rêves, les personnages charismatiques avec en plus un soupçon de maturité. On nous fait tomber dans ce scénario kitch de l’amour parfait dès le début et il est vrai que je ne m’attendais pas à un tel revirement même si je me doutais qu’il allait se passer quelque chose avec Kristoff. D’ailleurs en parlant de lui, il ajoute pas mal d’humour, ou plutôt le duo qu’il réalise avec son comparse Sven et se situe pile dans la simplicité de l’ouvrier, entre les soeurs, symbole de royauté et de bourgeoisie et Olaf, être fantastique entièrement comique.

Elsa est sans doute le personnage le plus intéressant dans cette histoire puisqu’on la découvre sous beaucoup de facettes, entre les responsabilités du château, son pouvoir, la peur qui l’habite, puis parfois la colère et la violence dans laquelle elle peut s’exprimer. Une palette incroyable d’émotions qui explosent à tout bout de champ contrairement à sa petite soeur Anna, téméraire et audacieuse mais beaucoup plus mesurée dans ses expressions (sauf la joie).

Autre chose de nouveau : les combats. Bien sûr des combats on en a vu dans beaucoup de Disney mais cela faisait longtemps qu’on avait pas vu autant de véhémence dans les combats, que ce soit Elsa avec les gardes ou encore le Prince contre le géant de neige et j’ai trouvé ça vraiment appréciable.

J’attendais Disney au tournant, notamment à la fin (je ne spoil pas) qui est différente de ce à quoi je pensais (à quelque chose de kitch, comme dans Rebelle). Et ça m’a vraiment fait plaisir de voir que le studio tente différentes approches, que nous savons tous que ça finira bien mais l’intérêt d’un Disney est de savoir de quelle façon et de connaître le déroulement de l’histoire jusqu’à la fin heureuse.

Les musiques restent comme toujours très féériques et envoûtantes et Christophe Beck fait un incroyable travail là dessus. Bien évidemment je l’ai regardé en VF et je n’ai jamais été déçu des doublages français qui sont toujours d’une incroyable qualité. On peut entendre des habitués de la maison comme Emmanuel Curtil (Jim Carrey pour ne citer que lui), Anaïs Delva (connue pour les comédies musicales), Donald Reignoux (Reese dans Malcolm, Titeuf, Channing Tatum, etc.), Dany Boon, Guillaume Beaujolais (doubleur très connu) et une petite nouvelle qui fait très très bien son job qui est Emmylou Homs.

Conclusion

La Reine des Neiges est ceux à quoi je ne m’attendais pas. Disney a su nous émerveiller notre fin d’année 2013 avec un très beau film d’animation qui est drôle, joyeux, bien construit et qui nous rappelle tellement les Disney seconde génération (Le Roi Lion, Aladdin, etc.). Le studio prend de la maturité grâce à un scénario presque inattendu et des personnages touchants et nous étonne encore plus après cette cuvée 2012-2013 qui était déjà excellente (Raiponce, Rebelle, La Princesse et la Grenouille, Les Mondes de Ralph…).

Ma note
09/10

One thought on “Celui qui avait vu… La Reine des Neiges

  1. Hello ! Je n’étais pas du tout tentée par ce film (déjà parce que je regrette beaucoup la période dessin animé pur) et que Raiponse était bien sympathique mais… voilà quoi. Un monde très Disney (princesse en rose, château, méchante sorcière) alors que justement, MES Disney sont ceux dont tu parles (avec la suite Aladdin/Le roi lion/Pocahontas en tête d’affiche : des univers pas du tout château/princesse/sorcière). Donc, pour la reine des Neiges, j’avais l’impression de "Raiponse mais là où qu’il fait froid".
    Pour en revenir au dessin animé pur : oui je regrette cette période : on en voit presque plus. Tout est en 3D partout (et c’est des fois très bien, avec les prod’ de Pixar en tête, quoi que ces dernières années avec le très Disney Rebelle et les suites peu inspirées…) mais tout à la même ambiance, maintenant. La 3D, c’est très lisse, très propre, très coloré, et il est difficile de faire une production graphique qui se démarque totalement de la concurrence, alors que j’avais l’impression que chaque dessin animé avait son ambiance. Oui oui, je suis aussi une vieille nostalgique du "c’était mieux avant".
    Surtout qu’avec les fêtes de Noël je suis partit en gros trip régressif en me revoyant les films de mon enfance et de leur BO qui ont marqué mon esprit à vie. Des chansons et des musiques incroyable.
    Et en revoyant Raiponse grâce à une diffusion sur M6 dernièrement, j’ai justement trouvé que la BO manquait de… comment dire… d’âme. (C’est pourtant le compositeur de la BO de Pocahontas, que javais recherché dernièrement…) C’est du Disney, rien à dire, c’est reconnaissable tout de suite, mais ça ne reste pas en tête. Les voix sont belles, la musique est belle, mais c’est d’un téléphoné… Rien à voir avec les Hits qui nous ont marqués plus jeunes.
    La dernière tentative de dessin animé était sympa (avec l’équipe graphique qui a travaillé sur Aladdin) mais on retombait dans le traditionnel château/princesse/sorcier/grenouille, le tout à la Louisiane. (le méchant avait de furieux airs de Jafar, quand même !). Ca manque un peu de concept, quand même… (La princesse et la grenouille, c’est juste un des contes pour enfant les plus connu… le fait de le transposer en Louisiane, ça suffit pas pour en faire un concept.)

    Du coup, bon, ton article m’intrigue un peu, peut-être que j’essaierais de le voir à l’occasion pour me faire une idée. Je ne sais pas :)

    En fait en relisant mon com’, je me rends compte qu’il y a 3 périodes Disney :
    – La période Classique Princesse/chateau/sorcière : ça commence avec Blanche Neige et qui se termine avec la belle et la bête, avec quelques tentatives plus originales comme les 101 dalmatiens et les aristochats (quoi que les aristochats, si on transpose chez les humains, on retombe dans le schéma classique). On a donc les petites sirènes, cenrillons, belle au bois dormant etc…
    – La période "moderne" : Le style graphique change, les concepts et les thêmes aussi, l’humour se fait plus présent : ça démarre avec Aladdin et jusqu’à la planête aux trésor (le peu inspiré Frère des Ours venant après ayant signé l’arrêt provisoire des productions des longs métrages classiques.)
    – La période contemporaine : où on a l’impression qu’ils ne savent plus trop quoi faire de cet héritage, et plutôt que d’aller de l’avant (ce qu’avait commencé à faire Pixar de son coté), ils sont dans une sorte de gloubiboulga d’inspiration, mélangeant concepts classiques, humour et trainement moderne, et 3D contemporaine. Bref… ça sent le réchauffé, au final.

    Euh voilà. XD
    Des bisous !

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s