Celui qui avait vu… Yves Saint-Laurent

Je suis quelqu’un qui adore les vêtements, la mode, et il est vrai que je ne m’étais jamais intéressé à la vie des créateurs (du moins à la vie de certains). Ce film était pour moi l’occasion de découvrir la vie d’Yves Saint-Laurent, bien sûr sous l’oeil subjectif de Jalil Lespert, mais au moins ça permet d’entrevoir une partie de sa carrière et de sa vie intime (avec son partenaire professionnel et sentimental Pierre Bergé).

Yves-Saint-Laurent-affiche

Je tiens à préciser quelque chose sur ce film, c’est qu’il a été librement inspiré de l’ouvrage de Laurence Benaïm, donc ça reste une interprétation de ce que sa vie a été (même si Pierre Bergé lui-même a accompagné Jalil Lespert sur l’histoire d’YSL).

Alors que dire de ce film ? On aperçoit une partie de la vie d’Yves Saint-Laurent, et notamment un gros focus sur la relation qu’il a eu avec Pierre Bergé. Bien sûr on voit un talentueux jeune homme mais torturé qui se dégrade au fil des années et qui a du mal à garder le cap. Depuis le début on sait déjà qu’il va avoir une vie en dent de scie et que ses soucis psychologiques ne vont pas disparaître comme ça. Totalement dominateur, capricieux, perdu, son compagnon est sa base, celui qui lui fait tenir le cap et aller aussi loin. Ils sont d’ailleurs ressemblants tout en étant opposés et c’est ça qui créé cette particularité. On peut aussi ajouter que la première partie (voire un peu plus) tombe dans un trio amoureux avec Victoire (interprété par Charlotte Le Bon), qui arrive à créer un bordel pas possible et qui jalouse sans doute un peu la relation intimiste des deux comparses.

D’ailleurs en parlant des personnages, ils sont interprétés de la plus belle des manières par Pierre Niney et Guillaume Gallienne. On oublie complètement les acteurs (ce qu’on a arrive difficilement à faire lorsque l’on voit des acteurs comme Brad Pitt, on ne retient jamais le nom de ses personnages…), et on est immergé dans l’histoire.

Les cadrages sont vraiment bien maitrisés je trouve, par contre la direction artistique n’est pas (ou peu) très présente, ce qui est un peu dommage.

La BO est vraiment incroyable, de l’évasion, du stress, de la détresse, et parfois des rappels à l’époque (ah le jazz !) et on ne peut que féliciter Ibrahim Maalouf qui a fait un boulot formidable là-dessus.

S’il y a un point noir à trouver c’est qu’on voit Pierre Bergé au début du film, vieux, raconter l’histoire d’amour qu’il a eu avec Yves Saint Laurent, et qui du coup fait un flashback sur ce tout ce qui s’est passé mais au bout du film on ne voit pas la suite, c’est un peu coupé brutalement sur un défilé, ce qui est un peu dérangeant. Il y a probablement 40 ans qui séparent ce défilé au début de l’histoire donc même s’il y a eu un choix assumé de la part du réalisateur, je me demande pourquoi il arrêté là, à ce moment précis.

Conclusion

Yves Saint-Laurent est un très bon film biographique qui ne reprend qu’une partie de sa vie et qui se concentre essentiellement sur sa relation avec Pierre Bergé. La BO est très jolie, les cadrages très intéressants et les acteurs sont vraiment très bons. Néanmoins la fin se coupe un peu brutalement en mon sens et la direction artistique n’est pas très imprégnée, c’est un peu dommage !

Ma note
07/10

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s